carnet
Accueil > Temps 2 : Analyser le projet > 2.2 Juger de la pertinence de l’idée de création d’un outil pour répondre au (...)

2.2 Juger de la pertinence de l’idée de création d’un outil pour répondre au problème identifié

 

L’analyse de la situation est bouclée, les données récoltées… il est temps maintenant de se poser cette question centrale : l’outil pédagogique est-il la solution idéale au problème posé ? Va-t-il faire la différence ?

Deux étapes :

- Premièrement, se poser la question de la pertinence du choix d’une stratégie de type éducatif plutôt qu’une autre stratégie de promotion de la santé. Le thème, c’est-à-dire la question de santé abordée, peut-il s’améliorer par ce biais ? Peut-il faire l’objet d’une éducation, d’un apprentissage ?

- Deuxièmement, vérifier la pertinence du choix d’un outil pédagogique parmi les différentes stratégies éducatives.

a. Choisir ou non une stratégie éducative

L’éducation n’est qu’une stratégie de promotion de la santé parmi d’autres (réorientation de services, action communautaire, action politique etc.) Si les composantes éducatives ont leur place dans (presque) toutes les questions de santé, il faut se poser la question de la place relative de la stratégie éducative par rapport à d’autres types de stratégies.
Créer et encadrer un comité de quartier, organiser une conférence de presse, faire du lobbying politique, travailler à la réorientation des services de santé peuvent être des solutions plus adéquates…

Souvent, la combinaison de plusieurs approches est nécessaire pour aboutir au changement. Un projet plus global mené à plus long terme peut permettre de dépasser les limites liées à une intervention ponctuelle. D’autres secteurs et d’autres acteurs pourraient alors être mobilisés pour un meilleur effet sur la problématique de santé identifiée.



En ce qui concerne les accidents domestiques, l’éducation à la sécurité est primordiale et doit continuer à être assurée. Cependant, les modifications de législation ont plus d’impact encore. Songeons à l’installation de différentiels électriques dans les nouvelles habitations, à la production d’appareils électroménagers et autres plus sécurisés etc.



Les problèmes bucco-dentaires de certains enfants sont notamment liés à :

 

  • un mauvais brossage des dents
    - une action éducative peut être menée en matière de transmission des savoirs et savoir-faire dans ce domaine
  • la crainte du dentiste
    - Une action éducative peut informer sur les attitudes.
  • une difficulté d’accès aux soins préventifs et curatifs
    - Un lobbying politique peut être efficace pour faciliter l’accès aux soins.
  • l’absence de matériel adéquat au sein du foyer
    - Un travail avec le milieu familial serait opportun

Le modèle de planification de Green reste une référence pour illustrer la place des stratégies éducatives dans le cadre de la promotion de la santé. Ce modèle identifie un ensemble d’éléments ayant une influence plus ou moins directe sur la qualité de vie des individus. Il a ses limites (notamment son caractère figé et déterministe) mais offre néanmoins un cadre intéressant pour illustrer la place respective de diverses stratégies de promotion de la santé. La Fiche 4 identifie les facteurs sur lesquels les outils pédagogiques peuvent agir ou ne pas agir.

Si la stratégie éducative apparaît comme une réponse pertinente au problème de santé que vous avez identifié, il s’agira de l’intégrer dans le contexte plus global de la promotion de la santé. En référence à la Charte d’Ottawa, il s’agira donc d’aider les gens à agir sur leur santé en les aidant à acquérir un meilleur niveau « d’empowerment », de pouvoir sur leur santé.

L’éducation pour la santé à partir d’outils pédagogiques doit développer chez les individus des compétences transversales telles que l’esprit critique, la prise d’autonomie, la responsabilité collective, la mobilisation etc. La déclaration de Sundsvall (1991) invite très explicitement l’éducateur à développer ces compétences transversales.
L’éducation est un élément déterminant dans les changements politiques, économiques et sociaux favorables à la santé. Elle doit permettre aux individus de :

- faire preuve d’esprit critique face aux problèmes rencontrés.
- acquérir les compétences nécessaires pour jouer un rôle dans la société.
- être associés à la définition des problèmes qu’eux-mêmes ou leur
communauté rencontrent.
- envisager de résoudre ces problèmes ensemble.
- s’adapter à des situations en évolution
- cultiver les ressources individuelles et collectives pour résoudre les problèmes et agir.

b. Eduquer au moyen d’un outil

L’outil pédagogique est un moyen parmi d’autres de faire de l’éducation pour la santé et de mettre en œuvre une stratégie éducative. Va-t-il apporter une plus-value significative par rapport à des supports comme les émissions de télévision, les groupes de parole, les accompagnements individualisés, les brochures etc. ?

Des balises pour votre réflexion


- La couverture potentielle

La fin (= l’outil) justifiera-t-elle les moyens à investir ? A combien est estimée la fréquence d’utilisation de l’outil ? Quelle sera sa diffusion ? Si son usage s’annonce limité, peut-être vaut-il mieux réfléchir à une solution moins « coûteuse »


- La connaissance que l’on a du problème de santé

Si celui-ci n’est pas encore bien cerné, si l’on n’en connaît pas bien les déterminants, si les positions du public en ce qui le concerne sont changeantes ou mal définies… l’outil pédagogique peut se révéler trop figé pour s’adapter à ces fluctuations. Groupes de parole et animations seront alors préférés.


-  La « proximité » entre le problème de santé abordé par l’outil et le public final

Si le public final est très concerné comme ce peut être le cas en ce qui concerne des problèmes de santé où l’éducation du patient est prépondérante (asthme, diabète, IST etc.), l’utilisation isolée d’un outil peut s’avérer insatisfaisante en déclenchant des effets contreproductifs non contrôlables. Dans ce cas, l’outil pédagogique devrait être combiné à un accompagnement de nature plus individuelle.


- Le caractère « intime » des processus à mettre en œuvre pour obtenir des changements.

Si l’analyse des obstacles au changement montre que les ressorts concernés sont particulièrement intimes, l’outil pédagogique sera moins pertinent. L’accompagnement individualisé ou les groupes de parole se révèleront de meilleurs choix.


- Le caractère acceptable du thème de santé

Si celui-ci est peu acceptable sur le plan politique bien qu’une demande spécifique existe par ailleurs, la réalisation d’un outil pédagogique peut s’avérer inutile car des freins risquent d’être mis en place en ce qui concerne la diffusion ou l’utilisation. Sa visibilité peut en effet poser problème. Mieux vaut alors exploiter votre réseau de partenaires pour élaborer une réponse moins exigeante et moins lourde financièrement que la construction d’un outil pédagogique à la diffusion hypothétique.


- Le public final

Si celui-ci est difficile à cerner, si le message envisagé est « grand public » et pas assez ciblé, la création d’un outil pédagogique n’est sans doute pas la meilleure solution. Il vaut mieux se tourner vers un spot publicitaire ou une campagne d’information.


- Les publics relais

Les relais pressentis pour aborder le problème de santé auprès du public final sont-ils expérimentés ? Ont-ils leurs propres outils ? Ont-ils besoin de supports formalisés comme l’outil envisagé ou préfèreront-ils des démarches moins directives ? Il est important de voir avec eux si un outil pédagogique serait un plus dans l’éventail des techniques déjà à leur disposition. De quelle souplesse souhaitent-ils bénéficier ?

Creative Commons License
Créer un outil by PIPSA UNMS est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 Belgique .

Adaptation du guide « Comment créer un outil pédagogique en santé : guide méthodologique »
. Auteurs : Catherine Spièce et Maïté Frérotte, du Service Promotion de la Santé de l'UNMS ; Chantal Vandoorne et Sophie Grignard, de l'APES-ULg (Bruxelles, 2004).