carnet
Accueil > Fiches d’information complémentaires > Fiche 1 : Les conditions éthiques de la promotion de la santé

Fiche 1 : Les conditions éthiques de la promotion de la santé

L’outil doit être en accord avec les valeurs de l’éducation pour la santé/de la promotion de la santé.

L’outil doit respecter les principes de responsabilité, d’autonomie et de liberté

- Il existe plusieurs réponses à une question : mettre ce choix en évidence favorisera l’esprit critique, le choix de l’individu et son pouvoir.
- Le récepteur de l’information ou du message pourra choisir ses propres attitudes et comportements. Il restera l’auteur de ses actes. Attention toutefois à ne pas faire peser sur lui seul les problèmes de santé : il existe aussi des déterminants collectifs au mal-être et il faut les faire apparaître si l’on veut permettre aux personnes de retrouver du pouvoir sur leur propre vie.
- Aborder des questions de santé dans une perspective globale des conditions de vie soulève parfois des problèmes éthiques : De quel droit ? Jusqu’où puis-je aller ? Ne vaudrait-il pas mieux ne rien faire ? Il est nécessaire de proposer des ressources complémentaires : personnes ressources, organismes d’aide, lectures etc.
- Les stratégies privilégieront l’esprit critique, l’autonomie de décision et d’action. L’individu sera reconnu acteur de sa santé et de celle de sa communauté. Sera ainsi privilégié l’angle du pouvoir d’action des personnes y compris sur leur lieu de vie et leur environnement direct.
- L’éducation pour la santé profite souvent aux personnes les plus favorisées. Pour réduire cette fracture, l’outil sera dans sa forme et sa diffusion adapté aux publics les moins instruits et les moins aisés.

L’outil doit refléter une valeur globale et positive de la santé

- La santé n’est pas seulement l’absence de maladie : elle est une ressource pour agir. Elle doit permettre d’une part de réaliser ses ambitions et satisfaire ses besoins et d’autre part évoluer avec son milieu et s’adapter à celui-ci.
- Les déterminants de la santé sont nombreux et d’ordres divers : une approche multifactorielle et transversale est donc nécessaire.
- La réflexion globale sur la santé associera l’ensemble des acteurs de la société. Elle concerne en effet les lieux de vie individuels et collectifs, l’environnement, la répartition des ressources, l’organisation politique et l’accès au pouvoir etc.
- La société occidentale se diversifie d’un point de vue culturel. Les relations à la santé et aux normes de « bonne santé » divergent en fonction des cultures.
- Les « normes de santé » se réfèreront aux points de vue des experts de la santé publique (ce qui suppose qu’il y en a d’autres).
- Des habitudes de vie dites nocives d’un point de vue d’expert de santé publique peuvent contribuer à l’équilibre individuel et social d’un individu. La consommation de tabac en est un bon exemple.
- Les sentiments négatifs (honte, peur, culpabilité etc.) seront bannis de même que l’injonction ou la moralisation.

Creative Commons License
Créer un outil by PIPSA UNMS est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 Belgique .

Adaptation du guide « Comment créer un outil pédagogique en santé : guide méthodologique »
. Auteurs : Catherine Spièce et Maïté Frérotte, du Service Promotion de la Santé de l'UNMS ; Chantal Vandoorne et Sophie Grignard, de l'APES-ULg (Bruxelles, 2004).