carnet
Accueil > Un rythme à suivre > Le partenariat, l’atout principal de la réussite d’un projet

Le partenariat : atout principal de la réussite d’un projet

  1. Le partenaire et l’expert : des ressources au service de votre projet
  2. Comment « attirer » des partenaires
  3. Un partenaire particulier : le public auquel est destiné l’outil

 

Le partenariat constitue une des ressources principales pour le concepteur d’outil. Ce partenariat peut recouvrir diverses modalités ; fonction de la place que vous lui donnez dans le projet et fonction de ce que vos partenaires potentiels y mettent comme représentations.
Ainsi, le partenariat pourra concerner l’ensemble du projet ou seulement l’un de ses aspects : conception, production pré-test, évaluation, diffusion ou promotion.



Pour vous, c’est quoi être partenaire ?

Faites le point sur cette notion et confrontez votre point de vue à celui de vos partenaires. Cela évitera bien des désillusions en cours de projet !

Choisir des partenaires capables de faire avancer le projet relève de vos missions de chef de projet (cf. Fiche 2). Vous devez être capable d’identifier et de justifier la plus-value et/ou les risques du partenariat envisagé : en quoi est-il nécessaire ? qu’apporte-t-il au projet ?

Des bases complémentaires pour structurer votre réflexion sur les partenaires figurent en Fiche 3.



Les éléments qui facilitent le travail en commun :

- une complémentarité des compétences en fonction du thème de l’outil, de l’expérience dans la création d’outil, de l’expérience du travail avec le public choisi.
- un accord sur les valeurs fondamentales de la promotion de la santé.
- des relations satisfaisantes entre partenaires (avoir déjà travaillé ensemble constitue un plus)
- une convention écrite clarifiant la place et le rôle de chacun (cf. Fiche 3).

1. Le partenaire et l’expert : des ressources au service de votre projet

Le partenaire s’associe à votre volonté de mener le projet à son terme pour une partie ou l’ensemble de celui-ci. Il engage un (des) ressource(s) – humaine(s), financière(s), matérielle(s), technique(s) – au service du projet.

L’expert a une relation ponctuelle avec le projet. Son point de vue « extérieur » permet une prise de distance par rapport à votre travail. Vous le solliciterez à tel ou tel moment en fonction de certaines de ses compétences précises. Il est d’usage de rémunérer ses prestations, à tout le moins ses frais de déplacement pour les réunions.



Un chef de projet astucieux tente de convertir les experts en partenaires !

Le partenariat – bien pensé - augmente la crédibilité/légitimité du promoteur ainsi que la qualité de l’outil MAIS il augmente aussi le temps et le volume de travail attribué au projet. Certains risques doivent être évalués avant de se lancer dans l’aventure. :
- désinvestissement de l’un ou l’autre des partenaires
- stagnation du projet par manque de clarification des rôles, tâches et délais.
- baisse d’enthousiasme par alourdissement du processus décisionnel
- moins grande autonomie dans la gestion du projet
- récupération du travail commun par un partenaire peu scrupuleux
- compétition institutionnelle
- instrumentalisation d’un partenaire par l’autre
- déficit d’identité institutionnelle
- …

2. Comment « attirer » des partenaires ?

Votre crédibilité en tant que promoteur est la clé de voûte de votre recherche de partenaires. Ceux que vous sollicitez vous accorderont du crédit en fonction de la représentation qu’ils se font de votre capacité en tant que personne et/ou institution à mener votre projet à bien. C’est une sorte de jugement sur le « capital confiance » qu’ils peuvent vous accorder.

La crédibilité porte à la fois sur l’institution et sur la (ou les) personne(s) qui la représente(nt).

Quelques éléments de la crédibilité :

Des personnes
- compétences professionnelles (formation et/ou expérience)
- compétence relationnelle
- expérience de travail en commun
- sympathie dégagée
- capacité à convaincre

Des institutions
- adéquation du projet avec l’objet social de l’institution
- capacité à mobiliser des ressources (humaines, financières, matérielles)
- habitudes de travail en partenariat
- capacité à mobiliser des partenaires
- image de marque, rumeurs, « on-dit »,…
- « poids » institutionnel
- place de l’institution dans le champ de la promotion santé

La crédibilité attribuée au porteur de projet et celle attribuée à son institution interagissent. C’est la résultante de cette interaction qui détermine l’adhésion du partenaire potentiel :

- Un chef de projet crédible, une structure crédible. C’est le cas de figure idéal pour permettre au chef de projet d’attirer des partenaires.
- Un chef de projet crédible, une structure peu crédible (travaillant hors de son objet social par exemple ou nouvelle sur le terrain de la promotion de la santé). Le porteur de projet devra mettre toutes ses qualités personnelles en œuvre pour mobiliser des partenaires.
- Un chef de projet peu crédible (avec peu ou pas d’expérience professionnelle par exemple), une structure crédible. Le porteur de projet s’appuiera sur la notoriété de sa structure pour nouer des partenariats.
- Un chef de projet peu crédible, une institution peu crédible. Le projet doit être très bon ou très novateur pour espérer trouver des partenaires !

La crédibilité est un capital qui se construit, s’entretient, évolue.

Comment valoriser le capital « crédibilité » ?

- respecter le planning, les délais
- développer des arguments qui justifient le bien-fondé du projet
- soigner les communications internes et externes
- évaluer le travail et le faire connaître
- faire du lobbying
- travailler en équipe
- …



Si votre thématique de travail ou le public auquel l’outil est destiné vous mettent en concurrence avec d’autres institutions plus expérimentées ou spécialisées, il peut être opportun d’en faire des partenaires de votre projet.

Votre crédibilité de promoteur sera particulièrement décisive lors de la recherche de financements pour votre outil. A cette fin, entourez-vous de personnes, de groupes ou d’institutions spécialisées dans la problématique de santé abordée. Il vous faudra également présenter le projet en fonction de l’intérêt du financeur pressenti. A un pouvoir public spécialisé dans la santé, vous montrerez l’impact de l’outil sur celle-ci par la modification des attitudes, des habitudes, des croyances ou des comportements. A un sponsor privé, vous parlerez de la plus-value envisageable en termes d’image de marque.

3. Un partenaire particulier : le public auquel est destiné l’outil

Pour qu’un outil « colle » à son public et réponde aux préoccupations des intervenants, il est souhaitable que le public ou des représentants de celui-ci s’implique(nt) dans le projet. Les informations qu’ils apporteront sur leur manière de vivre le problème de santé permettront d’intégrer celui-ci dans un cadre plus global de qualité de vie. En pratique, le public destinataire est « consulté » à l’un ou l’autre moment de la conception de l’outil, le plus souvent en phase de pré-test. On peut cependant l’impliquer plus et concevoir l’outil ensemble.



Identifier les relais (professionnels ou non) de votre public, ses leaders « naturels », ses porte-parole reconnus et invitez-les à travailler avec vous.

Vous veillerez particulièrement à positionner le public bénéficiaire comme co-décideur à toutes les étapes du projet. Il ne s’agit pas de faire « pour » les gens mais de faire « avec ». Ainsi, vous les impliquerez lors de :
- la définition du problème de santé (et la formulation d’une « demande »)
- le choix de la méthode de travail, du support de l’outil et de sa méthode de construction.
- la budgétisation du projet
- le travail avec les professionnels de la mise en forme (concepteurs, illustrateurs, graphistes etc.)
- l’évaluation du projet.

Vous veillerez particulièrement à ce que le public trouve des bénéfices personnels dans sa collaboration au projet. Vous traquerez toute forme d’instrumentalisation des personnes, par exemple l’utilisation de leurs savoirs, compétences, vécus, etc. sans leur accord.

Creative Commons License
Créer un outil by PIPSA UNMS est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0 Belgique .

Adaptation du guide « Comment créer un outil pédagogique en santé : guide méthodologique »
. Auteurs : Catherine Spièce et Maïté Frérotte, du Service Promotion de la Santé de l'UNMS ; Chantal Vandoorne et Sophie Grignard, de l'APES-ULg (Bruxelles, 2004).